L'entreprise : Notre histoire


> >> L'entreprise : Notre histoire

Du vêtement religieux à la robe d’avocat jusqu’au costume de confrérie et du spectacle

Du tissu au vêtement religieux…

entrez-dans-le-livreFondée en 1843 par Adrien Fournier, trisaïeul de la dirigeante, l’entreprise débute son activité dans le tissage textile.

> Entrez dans le livre de cours d'Adrien Fournier...

 Une première usine à Saint-Genis Laval dans les environs de Lyon, puis deux autres toutes proches à Oullins comptent rapidement une cinquantaine de métiers à tisser pour la laine, le coton et la soie.

Soixante ouvriers tissent alors à longueur d’années des kilomètres d’étoffes pour voiles et robes de religieuses. Certains métiers battent jour après jour, mois après mois, pour une seule et même congrégation. Les communautés religieuses sont à l’époque l’unique clientèle de l’entreprise qui exporte ses pièces d’étoffe dans le monde entier. A cette époque, les moines et les religieuses réalisent eux-mêmes leurs robes, voiles et toutes autres pièces de l’habit religieux. Le concile Vatican II, dans les années 60, marque une ouverture au monde moderne, qui se traduit par une simplification du costume religieux, voire pour certaines communautés par l’abandon pur et simple de l’habit. L’entreprise, qui s’appelle alors « Les Fils d’Adrien Fournier », décide de diversifier son activité pour faire face à ce changement.

 >Visiter les ateliers des Fils d'Adrien Fournier...

Historique-ourdissoirHistorique-salledespreparations1Historique-salledespreparations2historique-tissage

Historique-tissage4Historique-tissage5Historique-tissage1Historique-tissage3

Historique-usine-visitedespiecesHistorique-usineoullinspersonnelHistorique-usinestgenislavalSans-titre-1

Elle propose alors aux communautés religieuses un catalogue de produits confectionnés dont la fabrication est confiée à des ateliers spécialisés : robes, manteaux, blouses, voiles, bonnets, mais aussi sous-vêtements, tout le « trousseau » de la religieuse est proposé dans le catalogue diffusé par correspondance à plus de 10.000 clients.
Au cours des années 70, l’entreprise se sépare de la totalité des métiers à tisser, une page se tourne. Les années suivantes, le nombre de vocations diminue fortement, ce qui oblige l’entreprise à ouvrir son propre atelier de production, faute de trouver des usines acceptant des mises en fabrication de plus en plus réduites.
Elle peut ainsi proposer la fabrication de vêtements religieux à l’unité ou en petites quantités, en tailles normalisées ou en demi-mesure.

historique-cataloguemdthistorique-interieur1cataloguefilsdadrienfournierhistorique-interieur2cataloguefilsdadrienfournier

historique-planchemanteauhistorique-plancherobehistorique-cataloguefilsdadrienfournier

De la robe d’avocat au prestige de la Haute Cour Irlandaise

Dans les années 90, l’atelier s’installe à quelques kilomètres à Irigny dans des locaux plus adaptés à son activité, et se rebaptise La Maison de la Tunique.
Elle continue sa diversification et propose ses services de confection de vêtements de justice aux avocats, magistrats et universitaires. Le costume d’audience est en effet proche du costume religieux par les étoffes utilisées et le savoir faire qu’il requiert. La robe d’avocat, la toge du magistrat et l’épitoge herminée du professeur de droit n’ont bientôt plus de secret pour les couturières expertes de l’atelier.

 

Quelques années plus tard, l’entreprise rachète la Maison Gérin, véritable institution du costume d’avocat basée à Orange depuis 1914 et en 2004, elle prend le nom commercial de « L’Artisan Costumier ».
Robes d’avocat, robes de magistrat, toges universitaires, costumes d’audience, robes de greffier, robes d’huissier, robes de conseiller en cour d’appel, robes de juges consulaires, l’entreprise acquiert très rapidement les savoir-faire techniques nécessaires à la confection de tous les costumes d’audience.
Elle développe en sus une exigence de qualité et une maitrise de l’élégance et du bon goût qui convaincront successivement le tribunal de Monaco, le Tribunal d’Andorre, la Cour Européenne de Justice de Luxembourg, et enfin la Haute Cour Irlandaise. Celle-ci lui confiera en 2012, sous le contrôle de la styliste Louise Kennedy, la création du nouveau costume de ses magistrats. L’Artisan Costumier est donc aujourd’hui un acteur essentiel du marché des Costumiers pour le monde de la Magistrature et des Universités.

De la Confrérie des Crus Satellites de Saint-Emilion au costume de la Guilde des Fromagers

En 2001, Maître Bourlon, client de l’entreprise, fait connaître L’Artisan Costumier à la confrérie des Crus Satellites de Saint-Emilion. Leur nouveau costume est élaboré et cette réussite encourage l’entreprise à développer ce nouveau marché.
Elle réalise depuis les tenues de nombreuses confréries bachiques et gustatives. Les couturières conçoivent et fabriquent avec plaisir ces nouvelles tenues aux couleurs chatoyantes : capes, robes, coiffes et capelines leur permettent d’exercer leurs talents créatifs, joyeuse alternance avec la réalisation des tenues monacales et les sombres étoffes des robes d’avocats.

actualite-fromagersConfrerie-Bretvins-robe-detaildevantrobe-IMG 1525 1-1Confrerie-coiffe-aquamark-IMG 4496

CONFRERIES-GROUPEROBESDSCN3180Confrerie-reversmanches-detail-DSCN2474

 

Du costume de Cécile de France dans « Sœur Sourire » aux tutus de « Douce et Barbe Bleue » de l’Opéra de Lyon, en passant par certaines tenues de la série « Un village français » pour France 3

Depuis quelques années, le monde du spectacle fait également appel à nos services, pour la réalisation de costumes de théâtre et de cinéma.
Nos savoir-faire nous ont ainsi permis de travailler pour des films, des pièces de théâtre ou des spectacles d’opéra, en réalisant des costumes religieux actuels ou anciens, des robes d’avocats ou de magistrats « revisités », mais également des costumes d’époque tels que des vestes, jupes, corsets, chemises ou encore des costumes de spectacle tels que des tutus, des boléros, des pantalons, des jupons, etc…
Comptent parmi nos références : L’Opéra de Lyon, L’opéra de Bordeaux, le Festival d’Aix-en-Provence, ou encore le film récent « La Religieuse » de Guillaume NICLOUX.


Posté le 2016-07-03 19:16:54


Nos plus belles réalisations

Monde des lois, des religions, des confréries ou encore du spectacle, retrouvez nos plus belles réalisations

Le Showroom

Nos dernières actualités


Douce et Barbe bleue, Opéra de Lyon


De charmants tutus, robes et salopettes à fleurs ont égayé notre atelier pendant quelques jours. L’Opéra de Lyon nous a en effet confié la...

2017-09-20 15:38:25

Le camail de l'aumônier militaire


  Notre catalogue du monde religieux s’étoffe ! En effet, après les camails des Prémontrés, des professeurs d’universités ou encore de l’ordre du...

2017-06-14 11:57:54

La traîne


Pourquoi la robe d'avocat est-elle dotée d'une traîne ? On nous demande souvent à quoi peut bien servir la traîne attachée dans la robe...

2017-02-02 11:00:00